Epi Dupin : le printemps en fête

Les beaux jours sont arrivés, paraît-il aux dires du calendrier. Voilà l’occasion de jeter un œil sur les nouvelles cartes des restaurants qui travaillent en cuisine du marché, élaborant leurs plats en fonction des produits de saison.
Installé rue Dupin depuis plus de vingt ans, l’Epi Dupin fait partie de ces établissements dont la carte peut changer chaque jour, selon ce que le chef va découvrir et choisir chez ses fournisseurs. Autre point fort des lieux, François Pasteau fut dans les années 90 parmi les jeunes chefs pionniers de la bistronomie, et il sait comment offrir des assiettes de belle qualité à des prix très doux.
Un lieu parcouru par l’héroïne de Crimes Gourmands dans le 3ème roman de la série (Un cadavre en toque) dont l’adaptation en BD sortira très prochainement en librairie !
Et pour suivre à la trace ce chef toujours inventif, il suffit d’écouter sa chronique hebdomadaire sur RTL : Le plat du jour !

http://www.epidupin.com/
http://www.rtl.fr/emission/le-plat-du-jour

Escapade nordique

La sortie de « Kalmakääryleitä murhakastikkeessa » (traduction finnoise de « Petits meurtres à l’étouffée ») est l’occasion pour les auteurs de Crimes Gourmands de se rendre en Finlande du 22 au 25 mars.
L’écriture à quatre mains nous permettant d’avoir le don d’ubiquité, c’est Vanessa Barrot qui représentera le tandem alors que Noël Balen restera à Paris pour relire les dernières pages de notre prochain manuscrit.
Le programme concocté par les éditions Aviador s’annonce copieux : dédicaces en librairies, soirée littéraire à l’Institut Français d’Helsinki, conférence de presse, rencontre avec plusieurs auteurs finlandais… à peine le temps de pouvoir déguster quelques Karjalanpiirakka (tartelettes de Carélie), kalakukko (poisson en croûte de seigle) ou mustikkakukko (tarte aux myrtilles)…

http://www.france.fi/helsinki/evenements-helsinki/conferences/soiree-litteraire-petits-meurtres-a-letouffee-vanessa-barrot/?lang=fr

 

A l’assaut de la Citadelle !

Le prochain volume de la série (« Mort sur le gril » à paraître avant l’été) se déroulera dans le Vaucluse entre Avignon, Apt et L’Isle-sur-la-Sorgue. Au pays de la truffe, des fruits confits et des herbes aromatiques, nous avons fait escale au Domaine de la Citadelle, un des fleurons de l’AOC Lubéron qui s’étend au pied de l’éperon rocheux de Ménerbes.
Yves Rousset-Rouard en est le maître d’œuvre. Soutenu par son fils Alexis, ce brillant producteur de cinéma s’est lancé avec passion dans le vignoble dès 1989. Aujourd’hui dotée de 60 parcelles réparties sur 40 hectares, l’exploitation propose une gamme de vins de très haut vol. Parmi les cuvées dégustées, nous avouons un faible pour le Gouverneur Saint Auban-2012, un rouge intense, élégant et parfaitement maîtrisé, le Viognier-2015, un blanc remarquable de fraîcheur avec de subtils arômes fruités, ainsi que deux autres blancs à la minéralité suave : Gouverneur-2014 et Le Châtaignier-2015.
Si vous passez à la Citadelle, ce sera aussi l’occasion de visiter « Le musée du Tire-bouchon », unique en son genre avec plus de 1200 pièces allant du XVIIe siècle à nos jours, avant de découvrir le jardin botanique nouvellement créé sur les hauteurs de la propriété.
Un verre à la main, une vue imprenable sur le Mont Ventoux, la promesse de repas auréolés de truffe, nous avons connu des repérages plus difficiles.

Domaine de la Citadelle – 84560 Ménerbes
Tél. 04 90 72 41 58
http://www.domaine-citadelle.com

Et une recette « made in USA »

La sortie de Crimes Gourmands aux Etats-Unis (Ed. Le FrenchBook) est l’occasion de jeter un œil sur la gastronomie outre-atlantique…
Soupe traditionnelle du nord-est des États-Unis depuis le début du XVIIIe siècle, la Clam Chowder est composée de palourdes, de pommes de terre, de lait, de lard, de crème et d’aromates divers. Elle aurait été importée par des Français, ou des Écossais ou des Anglais… ou peut-être bien les trois. En tout état de cause, l’origine du terme « chowder » est obscure (il n’a aucune autre signification en anglais) et ne serait peut-être qu’une déformation de la « chaudrée », soupe épaisse de poissons de Charente-Maritime et de Vendée…
Il existe des variations entre la « New England Clam Chowder », la « Manhattan Clam Chowder », « Rhode Island Clam Chowder » etc… et des discussions ont eu lieu sur l’usage de tomates à la place du lait.
Pour leur part, les auteurs de Crimes Gourmands ont adopté depuis longtemps leur version de la « Boston Clam Chowder » (plat officiel de la ville)…. et voici leur recette :

Ingrédients (pour 4 personnes) :
40 palourdes moyennes
25 g de beurre
150 g de poitrine fumée taillée en dés
1 petit oignon haché finement,
30 cl de lait
10 cl de crème double
250 g de pommes de terre coupées en dés
1 feuille de laurier émincée finement
1 c. à soupe de persil haché
Poivre blanc

Procédé de la recette :
Placer les palourdes dans une casserole avec de l’eau à niveau, faites-les cuire à veuf vif jusqu’à ce que les palourdes soient toutes ouvertes. Réserver l’eau de cuisson et prélever la chair de chaque palourde. Si besoin, couper la chair des palourdes en deux.
Faire fondre le beurre dans une casserole et mettre à dorer la poitrine fumée. Ajouter l’oignon et poursuivre la cuisson quelques instants.
Verser le lait, le jus de cuisson des palourdes, la crème fraîche, les pommes de terre et la feuille de laurier. Laisser mijoter à feu doux le temps nécessaire à la cuisson des pommes de terre.
Incorporer la chair des palourdes et le persil. Poivrer et servir.

« Crimes Gourmands » débarque aux USA

C’est officiel, le 20 février prochain, sortira aux USA « Minced, Marinated and Murdered » édité par Le FrenchBook !
Cette traduction de « Petits meurtres à l’étouffée », premier roman de la série Crimes Gourmands (Gourmet Crimes pour nos amis de langue anglaise) est le prélude d’autres adaptations à venir. Finement traduit par Anne Trager (avec le soutien d’Amy Richards), souhaitons que ce volume consacré à la culture lyonnaise fasse saliver les initiés et attise la curiosité des lecteurs qui veulent découvrir l’art de vivre (et de mourir) sur les terres de France. Un grand merci à tous les acteurs de cette maison d’édition dont le dynamisme et l’exigence sont clairement revendiqués dans cette formule enthousiaste : « If we love it, we translate it ».
C’est donc un plaisir de partager leur table !

www.lefrenchbook.com/minced-marinated-and-murdered

Pin It on Pinterest